La pédagogie Montessori

Favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son propre rythme et en toute liberté.

Née à Rome, la pédagogue italienne Maria Montessori fut d’abord médecin.

Elle a étudié pendant 50 ans les enfants de milieux sociaux et culturels très défavorisés et en difficulté d’apprentissage. Son intérêt et son observation fine des enfants sommairement étiquetés « anormaux » ont progressivement façonné sa méthode d’enseignement. Elle la reprise et généralisé à l’usage des enfants « normaux ».

Sa pédagogie repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives. Ses grands principes :

  • Respect du rythme et du potentiel individuel de chaque l’enfant
  • Encouragement à l’autonomie, la responsabilité et l’estime de soi
  • Utiliser du matériel et favoriser une ambiance propice aux apprentissages
  • Moins de compétition, plus de coopération et d’émulation

 

N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui.

Ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands.

Aussi doit on en priorité aider l’enfant à cultiver ses facultés de création et d’adaptation.

Maria Montessori

«Pédagogie scientifique : Tome 1»

Prendre en compte le développement de l’enfant dans toutes ses dimensions

Entre 0 et 6 ans,

L’âge de la connaissance de soi

Lui permettre d’être autonome, d’enrichir ses perceptions sensorielles, d’affiner le travail à la main, d’explorer le langage, de se préparer à l’écriture, la lecture, les mathématiques et de s’éveiller à la culture.

  • Il a énormément à apprendre sur lui, son corps et ses interactions avec son environnement immédiat.
  • Il a besoin pour cela d’un environnement où tout ce dont il a besoin est accessible, à ses dimensions, organisé pour pouvoir faire ses propres expériences.

Pour ce vaste programme, Maria Montessori préconise de regrouper les enfants en 3 classes d’âges  : de la naissance à la marche, puis de la marche à 3 ans, enfin de 3 à 6 ans. Sur chacune de ces «  ambiances  », terme utilisé dans le monde Montessori qui désigne le lieu de vie des enfants, il y a un matériel adapté pour permettre à chacun d’évoluer en autonomie encadrée et à son propre rythme mais dans une progression définie.

Entre 6 et 12 ans

L’âge moral

Aider l’enfant à entrer dans la responsabilité, lui permettre une vie autonome et une expression personnelle, développer son sens de la morale, l’aider à acquérir les instruments de la connaissance, lui permettre de découvrir l’univers.

  • Les règles sont conservées  : l’enfant évolue à son rythme et en autonomie mais il suit dans chaque matière un programme précis et organisé basé sur le programme de l’éducation nationale.
  • De la même façon que pour les «  petits  », l’ambiance est à leurs dimensions, tout y est accessible, ils sont chez eux. Cela implique une responsabilisation face à leur environnement avec une obligation de participer à la vie collective. L’enfant s’ouvre et se connecte à l’extérieur.
  • A noter : l’enseignement se fera en partie en anglais dès le plus jeune âge.

Entre 12 et 18 ans

L’âge social

Aider l’adolescent à exercer sa vie sociale et lui proposer des enseignements adaptés au monde d’aujourd’hui (un road-book numérique pour chaque élève…) en lien avec le programme de l’Education Nationale.

Sur le plan physique : l’adolescent bien dans sa peau
Les jeunes ont besoin d’être en relation permanente avec l’autre. L’enjeu est de leur permettre de développer ce besoin de relation permanente avec l’autre en leur proposant les moyens et occasions de maitriser leur corps et parfois leurs mal-être.
Il s’agira de sensibiliser et d’accompagner l’adolescent afin qu’il trouve une place harmonieuse dans son environnement.

Sur le plan matériel : l’adolescent engagé dans la réalité

Pour permettre à chaque adolescent de créer matériellement, de produire, fabriquer et commercialiser des biens, marchandises, services et idées. L’enjeu : s’intégrer dans une économie collective faite d’échanges et de réciprocité. Il apprendra ainsi à différencier ce qui relève de l’économie marchande et ce qui relève du don ; là où commence la coopération et là où se déploie la concurrence. La présence d’artisans, d’artistes et d’entrepreneurs offrira aux adolescents des supports d’application, en grandeur réelle.

Sur le plan psychologique et intellectuel : l’adolescent réflexif

Un milieu apaisant, animé par le silence et la luminosité, un rapport à soi et au silence dans des espaces déterminés permettant à l’adolescent de se re-trouver. L’enjeu est de l’aider à découvrir la posture qui lui convient, l’art et la manière d’être avec ou sans les autres. Ici l’échec n’est pas jugé, il est source de progression.